5 astuces pour négocier votre prêt immobilier

Négocier votre prêt immobilier est essentiel. Pourquoi payer plus cher votre prêt alors que vous bénéficiez de conditions bien plus intéressantes et attractives ? Outre le taux d’intérêt, vous pouvez également demander un différé de remboursement. Dans le cadre d’un différé partiel, vous ne paierez dans un premier tant que les intérêts d’emprunt et l’assurance emprunteur. Cela peut être un avantage si vous avez des travaux à effectuer dans la maison par exemple afin de ne pas surcharger votre budget dans les premiers mois.

Pour bien réussir votre négociation auprès de votre conseiller, voici 5 astuces qui vont vous aider remporter ce bras de fer !

Quels sont les points à négocier ?

Le taux d’emprunt est LE critère à négocier en premier lieu. Mais, il n’est pas le seul élément qui entre en ligne de compte dans une négociation de prêt immobilier. Voici quelques éléments à étudier :

  • Les contreparties demandées par la banque (vous n’êtes pas obligé d’accepter de placer tous vos livrets et comptes épargnes dans cette banque pour obtenir gain de cause).
  • L’apport dans votre projet (même si un capital est très bien vu lors d’un prêt immo, vous n’êtes pas obligé de placer tout votre argent dans le capital du prêt)
  • La durée de l’emprunt
  • L’assurance emprunteur
  • Le différé de remboursement

Conseil n° 1 : Soigner votre profil emprunteur

N’hésitez pas à bien préparer votre dossier en vue d’une négociation. Votre conseiller doit comprendre que vous savez où vous allez, que vous savez ce que vous faites, que vous maîtrisez parfaitement votre budget et donc… qu’il peut vous faire confiance.

  • Taux d’endettement bas
  • Reste à vivre suffisant
  • Apport personnel/capital
  • Bonne gestion des comptes

Conseil n° 2 : le choix de l’assurance emprunteur

L’assurance emprunteur est obligatoire certes, mais vous n’êtes pas dans l’obligation de contracter cette assurance auprès de la banque qui accepte le prêt. Vous devez savoir que l’assurance emprunteur est une grosse part de l’enveloppe finale du prêt. Si la part pour cette assurance auprès de la banque s’élève à 0,40 %, elle peut baisser à moins de 0,14 % auprès d’un assureur tiers. Ces chiffres semblent insignifiants et pourtant, sur un prêt immobilier, ils font toute la différence. Rassurez-vous, être assuré ailleurs pour moins cher ne signifie pas, bien au contraire, être moins bien assuré.

  Acheter sa maison secondaire : quel emplacement choisir ?

Conseil n° 3 : étudier la concurrence… et faire valoir les différentes offres

La majorité des gens doivent passer par un prêt pour acheter un bien immobilier. Si vous avez besoin des banques, sachez qu’elles ont aussi besoin de vous pour investir.

C’est important de savoir démarcher la concurrence et établir plusieurs propositions de contrat d’assurance. Ensuite, face au conseiller, n’hésitez pas à faire valoir ces différentes offres pour négocier les points les plus importants de votre contrat.

Conseil n° 4 : Bien choisir sa garantie de prêt

Votre banque vous demandera sûrement des garanties supplémentaires, notamment l’enregistrement d’une hypothèque ou une caution.

Dans le premier cas, cet enregistrement aura un coût élevé et sera donc a ajouté à votre budget final. Ce n’est pas donc pas forcément l’option la plus avantageuse pour vous.

La caution est plus intéressante, mais il faut pour cela trouver un garant (cautionneur) ou faire appel à une société de caution.

Conseil n° 5 : les clauses de remboursement anticipé

ON y pense rarement et pourtant… c’est un élément essentiel à négocier. Lorsque l’on emprunte pour un achat immobilier, on est dans l’action et focalisé sur un merveilleux projet qui se concrétise. On est donc à mille lieux de s’imaginer le revendre dans un futur proche.

Cependant, pour diverses raisons, vous pourriez être amené à rembourser votre prêt de manière anticipé. Dans ce cas, si vous n’avez pas négocié les clauses du contrat concernant un remboursement anticipé, vous allez devoir payer des frais. Ils peuvent être assez élevés, de 1000 à 6000 € en fonction du montant et de l’année de remboursement.

Une fois que tous ces éléments auront été négociés, vous pourrez profiter de votre bien immobilier en toute sérénité avec les meilleures garanties… au meilleur prix !